LA FRANCE AUX FRONTIÈRES DE L'HUMANITÉ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LA FRANCE AUX FRONTIÈRES DE L'HUMANITÉ

Message par debuly le Lun 3 Oct - 15:50

Nous connaissons la force d'entraînement des grands enthousiasmes collectifs. La FRANCE est le 2ème territoire maritime du monde et la 2ème nation pour la cotisation individuelle à la conquête de l'espace. Voilà qui fait de nous un peuple qui a une responsabilité particulière enthousiasmante AUX FRONTIÈRES DE L'HUMANITÉ. Ici se trouvent deux immenses gisements d'emplois, d'inventions et de progrès écologiques pour la FRANCE et la civilisation humaine.                                                


                                1/ LA MER: nous proposons de contribuer à l'avancée des 36 propositions issues des travaux de la MedCop à l'adresse des négociateurs du sommet Cop21 à Paris prévu à Marrakech au Maroc. Il s'agit par exemple de créer un " ÉTABLISSEMENT D'ENSEIGNEMENT, COLLÈGE ET LYCÉE À VOCATION MÉDITERRANÉENNE " afin d'améliorer la compréhension des réalités et des problématiques de la zone méditerranéenne : langues, histoire, religion, écologie, géographie, littérature, économie, sociologie, etc. " PLUS LARGEMENT, LES 36 SOLUTIONS PROPOSÉES ALIMENTENT LA RÉFLEXION SUR LE THÈME DE LA MER EN INTÉGRANT LES ASPECTS DE COOPÉRATION RÉGIONALE AUTOUR DES ESPACES MARITIMES ? NOTAMMENT L'ÉLABORATION DE FORMATIONS UNIVERSITAIRES THÉMATIQUES SUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE, LES ÉNERGIES ET LES MÉTIERS DE L'EAU. Il est en outre important de financer des initiatives de nettoyage du plastique des océans, via par exemple la technologie développée par la fondation TheOceanCleanupIntiative.

                                 2/ LE DÉVELOPPEMENT DE L'INDUSTRIE SPATIALE : Il y a nécessité d'un État moteur pour mener à bien des projets innovants d'exploration spatiale et améliorer le rôle du public dans la définition des politiques spatiales, la coordination des différentes industries impliquées et la liaison entre la recherche fondamentale et l'industrie : " Un réengagement politique fort ouvrirait la porte à un développement industriel à très haute valeur ajoutée, ce dont notre pays a grandement besoin. Des nano-satellites, à la prospection minière robotisée , en passant par l'amélioration de systèmes de production et de stockage d'énergie, tout cela représente des technologies d'avenir accessibles à brèves échéances et dont le contrôle des brevets et des techniques constitue déjà un enjeu capital". Cela permettrait de lutter activement contre la privatisation actuelle massive de l'exploration spatiale. Aux États-Unis, les entreprises qui innovent sur le marché sont toutes privées: SpaceX, BlueOrigin le programme de Google Planetery Exploration. En Europe, la conception d'Ariane 6 a été confiée à une joint-venture de Safran et Airbus. De plus, l'État a décidé en 2015 de vendre ses parts(34% via le Centre National d'Études Spatiales)à Airbus Safran Lauchers.
                                   
                                   Afin d'avoir un contrôle public sur les orientations en matière de politique spatiale et d'éviter que l'exploration  spatiale ne soit dictée par des critères de rentabilité(ce qui provoquerait sûrement une crise écologique, aucun acteur n'aurait par exemple d'intérêt à se lancer dans des investissements nécessaires pour lancer un programme de dépollution de l'orbite basse), il est nécessaire de construire un pôle public de l'industrie spatiale. Cela pourrait passer par la prise de participation du CNES dans les industries clés du secteur; ArianeSpace, Airbus Safran Launchers (ASL) ou encore Airbus Defense and Space. Cette proposition est un préalable à la mise en œuvre d'autres contributions relevées sur le site comme" une Ariane écolo"(enjeu du lanceur réutilisable) ou " lancer un programme de dépollution de l'orbite basse".

                                     Nous mettons à la discussion la proposition de lancer un programme de centrale solaire orbitale, c'est à dire un satellite construit en orbite haute qui permet de transmettre de l'énergie à une antenne terrestre grâce à un système de transmission d'énergie par micro-ondes ou par laser. L'avantage technique réside dans le rendement élevé d'une telle centrale du fait de son exposition constante au soleil. Le rendement énergétique serait " huit fois supérieur d'un panneau solaire en orbite par rapport à un panneau terrestre", les centrales solaires orbitales étant jugées à priori " rentables à partir de 150 dollars le baril de pétrole". Pour l'instant, les coûts de construction restent trop élevés pour qu'une CSO puisse concurrencer les sources d'énergie conventionnelles. L'agence japonaise JAXA a lancé un programme de recherche avec l'ambition de lancer une centrale solaire à l'horizon 2040 utilisant la technologie de transmission d'énergie par micro-ondes. Airbus Defense and Space,filiale d'EADS et leader européen dans l'aérospatiale, a également lancé un programme de recherche baptisé " Space Based Solar System" visant à développer des centrales solaires orbitales utilisant la technologie laser.  ALLONS DE L'AVANT!!!

debuly

Messages : 41
Date d'inscription : 29/09/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum